L'activité et l'incontinence urinaire chez les femmes

L'activité et l'incontinence urinaire chez les femmes 2019-09-04T13:49:34+00:00

Description du projet

L'incontinence urinaire touche jusqu'à une femme canadienne sur cinq. Les stress induits sur le plancher pelvien lors d'activités à fort impact comme la course à pied sont associés à des rapports de fuites urinaires lors de ces activités. Cette expérience "d'incontinence urinaire à l'effort" conduit éventuellement les femmes à se retirer de ces activités, et l'inactivité peut entraîner des effets néfastes sur la santé plus tard dans la vie. On connaît mal les mécanismes qui sous-tendent les fuites d'urine pendant l'activité physique: les dommages causés aux muscles du plancher pelvien ou aux tissus conjonctifs environnants, la fatigue des muscles du plancher pelvien, la pression intra-abdominale élevée ou les forces d'impact élevées subies par le plancher pelvien peuvent tous jouer un rôle. Les approches de gestion conservatrices telles que la physiothérapie et les pessaires intravaginaux peuvent être efficaces pour de nombreuses femmes souffrant d'incontinence urinaire à l'effort (qui ont des fuites d'urine lors d'activités quotidiennes telles que la toux ou le rire), mais on ne connaît pas la meilleure approche pour gérer l'incontinence chez les femmes qui ont principalement des fuites d'urine lors d'activités physiques. Dans le cadre de cette étude, nous étudierons les propriétés anatomiques et mécaniques des muscles du plancher pelvien chez les coureuses qui ont des problèmes de fuites ou non pendant la course. Le but est de déterminer s'il existe des différences structurelles ou mécaniques au repos, ou des différences induites après une seule séance de course, ainsi que de déterminer si la pression abdominale ou les forces d'impact sont associées aux changements induits par la course. Les résultats de cette étude fourniront un aperçu des thérapies conservatrices qui pourraient être les plus efficaces pour permettre aux femmes actives de continuer à pratiquer des activités physiques sans fuites d'urine. Notre objectif à long terme est d'atténuer le retrait des femmes des activités physiques à cause des fuites d'urine, ce qui permettra à terme aux femmes de maintenir ou d'améliorer leur santé et leur qualité de vie.

Dans le cadre de cette étude, nous étudierons les propriétés anatomiques et mécaniques des muscles du plancher pelvien chez les coureuses qui pratiquent la course à pied et qui ne la pratiquent pas. Cela nous permettra de déterminer s'il existe des différences structurelles ou mécaniques au repos, ou des différences induites après une seule séance de course, ainsi que de déterminer si la pression abdominale ou les forces d'impact sont associées aux changements induits par la course. Nous étudierons également les propriétés anatomiques et mécaniques des muscles du plancher pelvien chez les femmes sédentaires (moins actives). Les résultats de cette étude fourniront un aperçu des thérapies conservatrices qui pourraient être les plus efficaces pour permettre aux femmes actives de continuer à pratiquer des activités physiques sans fuite d'urine. Notre objectif à long terme est d'atténuer le retrait des femmes des activités physiques à cause des fuites d'urine, ce qui permettra à terme aux femmes de maintenir ou d'améliorer leur santé et leur qualité de vie.

Critères d'éligibilité

  • Femmes de 18 ans +
  • Coureuses:  courir au moins 10 km par semaine (pendant au moins un an), et de fuites urinaires pendant la course.
  • Femmes sédentaires: l'activité physique est limitée aux activités de la vie quotidienne, et de fuites urinaires.
FAITES-NOUS SAVOIR SI VOUS SOUHAITEZ PARTICIPER!
fr_CAFrançais du Canada